Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for mars 2006

Les poids sont bien trop lourds et les ans guillerets
Ne sont que chimères qu’avant il embrochait
Pour les faire flamber, car ils étaient beaux, droits
Saint-Pierre était témoin, il nageait dans la joie.
 
Il gronde un peu usé, soufflant comme un mulet
Car peut-être l’aïeul en proie aux bourrelets
Voyant que sa race casse par trop les pieds
S’en va pestant dos radicalement plié.
 
Il vint alors au bar et au bar accouda
Ses vieux bras fatigués, solitaire gaga,
Et prononça le pire anathème qu’il soit
D’une voix vive de tout il s’excommunia.
 
Le ton était sérieux et on lui répliqua :
"N’est-ce pas don naturel que vivre la joie ?"
Cette perche tendue très vite il l’attrapa
Remettant le turbo, oublia le trépas.
 
En ce premier avril, le vieux bancal aux_anges
Après une petit somme on ne peut plus étrange
Avisant la roussette qui passait par là
En retrouva la pêche et du coup il pécha.
 
 

*
 Si ce blog te plaît

 
 

Read Full Post »

Pensée du jour

 
Aujourd’hui c’est le jour
 
où on fait des farces à Trappes

Read Full Post »

Pensée du jour

 
Il faudrait créer une nouvelle firme :
 
La firme amants
 
dont le siège social serait naturellement
 
rue Paradis
 
au septième ciel.

Read Full Post »

En panne et monotone, j’ai faim de toi printemps,
Et lorsque dalle y a, ma verve haineusement
Se munit de crocs qu’eussent les loups voulus
Alors revêts ton aube et pis ne tarde plus.
 
J’aimerais retrouver cette extase à l’éveil
De toutes ces beautés sous un joli soleil
Oublier de l’hier qui me fut parfois dur
Le trop triste poids de cent heures de froidure.
 
Nature que je prie, car elle est déjà sainte,
Qui alors tend, si amoureusement dépeinte,
A exaucer mes voeux  transforme mes pensées
Mes gros soucis ne devenant alors qu’idées.
 
Je brandirai le coq l’icône de la France
Je mettrai un grand frac assis avec prestance
Et avec son standing l’aïeul en overdose
Revanchard domptera les maux de son arthrose.
 
Tu lis peut-être ceci sans aucune allégresse
Du coup je me magne au lit à grande vitesse
Sur ce grand lit là blanc où je vais m’étaler
Vis Ô léthargie toi qui viens de me gagner !
 

*
 Si ce blog te plaît

 
 

Read Full Post »

Pensée du jour

 
D’après certaines rumeurs
 
l’utérus
 
aurait un col  porteur

Read Full Post »

Aux marches du printemps

Aux marches du printemps j’aperçois le chemin
Celui qu’auparavant je gravissais félin.
Que fait donc cette rampe au milieu de la route ?
Serais-je devenu une si vieille croûte ?
 
L’ignorant je m’attaque, un à un, aux degrés.
Cela me paraît dur, je peste et je maugrée.
Pourtant je me redresse en voyant devant moi
Une belle jeunesse aux printemps en émoi.
 
J’ai beau saisir les miens et en trois les scinder
Ils se tiennent la main et je reste ridé
Je comprends très amer que les feux de la rampe
Ne me brûleront plus, moi qui souffle et qui rampe.
 
Les seconds rôles parfois ont quelques qualités,
Même s’ils ne jouent plus que les utilités
Et s’ils n’occupent pas le devant de la scène
C’est encore du sang qui coule dans leurs veines.
 
Et bien que j’aie compris quel était le message
Je ne me complais pas à n’être qu’une image.
Cependant il faut bien que sagesse se passe,
Qu’elle passe sans moi, son allure me lasse.
 

*
 Si ce blog te plaît

 
 

Read Full Post »

Pensée du jour

 
 
Pour m’accrocher je n’ai plus que vieille esse
 
Mais devant ta beauté, il se peut que je naisse…

Read Full Post »

Pensée du jour

 
Le canard régional
 
donne les nouvelles du coin coin…

Read Full Post »

 
Et qui m’oses-tu opposer à ma flamme ?
 
Voudrais-tu donc faire un beau bleu à mon âme ?
 
Ne t’en fais pas, je pars, je ne suis pas gros gnon
 
Ho ! Rions donc plutôt de la situation !

Read Full Post »

Le bouquet

Elle ne reçoit plus de la même façon
Le beau bouquet de fleurs mené à la maison,
Un merci susurré, un baiser moins ardent,
Et pourtant le bouquet n’est pour rien là-dedans.
 
La surprise est passée, l’habitude installée,
Et pourtant la fréquence en est plutôt variée.
Pas de date à fêter mais le sourire est pâle,
Et pourtant le bouquet a les mêmes pétales.
 
La passion peu à peu a déserté le vase
Mais si ses fleurs sont là, point elles ne s’embrasent
Son feu a dû s’éteindre en se plongeant dans l’eau,
Et pourtant le bouquet est toujours aussi beau.
 
Prends-la donc par la main, redeviens un amant,
Et redonne à tes yeux l’éclat de leurs vingt ans.
Reviendront le sourire et le baiser ardent,
Tu verras, le bouquet n’est pour rien là-dedans.
 

*
 Si ce blog te plaît

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :