Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for août 2009

Bandage

 
Sous le ciel menaçant tout en traînant les pieds
J’ai visité le banc que j’avais délaissé
Il m’a dit "J’étais là tous les jours à t’épier
Maudissant le soleil qui venait t’agresser"
 
Le calme très complice apparut entourant
Ce bel havre de paix pendant un long moment
J’ai pris un plaisir fou tout en le savourant
L’ami prit mon esprit silencieusement
 
Puis je l’ai écouté susurrer ses conseils
J’ai quelquefois souri quelquefois grimacé
J’avais dû réveiller mes soucis en sommeil
Ce qui l’a je l’ai vu aussitôt agacé
 
"Je suis heureux pourtant et tu peux pavoiser
Car en prenant ton temps avec tes certitudes
Tu as su t’obstinant enfin apprivoiser
Tous les mauvais côtés de cette solitude"
 
Nous avons abordé les départs successifs
Des quelques gens aimés depuis peu disparus
Il a soigné ma peine assez compréhensif
Et n’a pas pour autant trop longtemps discouru
 
Sous le ciel menaçant et sans traîner les pieds
Je suis rentré chez moi me sentant moins stressé
Je l’ai vu qui de loin était là à m’épier
J’ai senti sa chaleur venir me caresser
 

   

Read Full Post »

La peau de mes amours

Déjà publié
J’aimerais bien des mots élégants de velours
Pour caresser sans fin la peau de mes amours
Permettant à ma main de faire en un beau jour
Un poème soyeux empreint de leurs  atours
 
J’aimerais très souvent que ma plume s’envole
Comme flèche empennée emportant mes paroles
Sur une mélodie où les notes convolent
Je n’ai que chant peiné devant leurs coeurs frivoles
 
J’aimerais bien les peindre et les voir sur la toile
Rejoindre en leur beauté les splendides étoiles
Mais le pinceau sitôt se change en pistolet
Comme s’il désirait leur tirer le portrait
 
Mais la femme est la femme et je veux l’adorer
La musique revient en quelques la do ré
La do ré si fa si le tempo est lancé
Nostalgique fado estompant le passé
 
Et de côté mes mots élégants de velours
Blottis dans un poème orné de leurs atours
Attendent patiemment de caresser un jour
Voluptueusement la peau de mes amours

   

Read Full Post »

Connerie du jour

 
En amour la vieillesse est une période de jeûne

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Ma définition du misogyne :
Homme qui aime trop les femmes pour les accepter
 
 telles que trop souvent elles veulent se montrer…

Read Full Post »

Ah lisez !

 

A toutes mes questions j’ai trouvé des réponses
Différentes selon d’où provenait le vent
Eole est capricieux et les mots qu’il prononce
Sont parfois pleins d’espoir mais souvent décevants
 
De la brise légère à l’énorme tempête
De la simplicité aux grands imbroglios
L’esprit déboussolé ne fut ni à la fête
Ni jamais satisfait du moindre scenario
 
Je garde mes questions je construis mes réponses
Je me moque d’où vient quelque souffle de vent
Espoirs et déceptions à tous deux je renonce
Il est loin tout ce temps où j’allais en rêvant
 
Je partirai un jour emporté par le vent
Ne vous étonnez pas déjà je vous l’annonce
Je ne serai plus rien gros jean comme devant
Et ne pourrai non plus vous donner de réponse
 

 

 

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Autan…t
dire que souvent
rien n’apporte le vent
à qui l’on
pose une question…

Read Full Post »

Pas de po…ésie

Déjà publié
J’écris toi regardant le poème latent
Fait de mots pas pillés que moi aussi j’attends
En crier serait bien un grand soulagement
Car je ne peux plus me les trouver dans le vent.
 
Je m’arrime pourtant à la tâche, joyeux,
Qu’à train de sénateur j’essaie de faire au mieux
Je m’apostrophe aussi, pour cette circonstance,
Mais les alexandrins manquent trop de cadence.
 
Je pâlis nos dires sont vraiment trop anciens
La syllabe ailée j’y voudrais bien croire un brin
En exode ce soir serait-elle partie ?
Elle erra tôt souvent désertant mon esprit.
 
Je relis donc mes mots et me dis : "Vire les !"
Je parcours le poème et mon dieu qu’il est laid !
Toi je t’épie t’as l’âme exquise qui mérite
Des termes d’élite et rature interdite.
 
Je ne t’écris donc pas, vite je prends la rose
Je t’offre son parfum et en oublie ma prose
Allons boire une coupe en des verres à pied
La poésie pourra à ces verres s’y fier.
 
 
 

  

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Quand la fontaine est tarie
 
l’eau n’est plus qu’une fable…
 

Read Full Post »

Pas encore au tapis

 NB à l’attention de ceux
qui m’apprécient tellement !!!
Ça viendra ne vous inquiétez pas !
 
 
Sans peiner franchissant ce grand pic de chaleur
Qui voulait le laisser flapi sur le carreau
"Haut les coeurs !" se dit-il en regardant sans peur
La faucheuse déçue très flippée l’air noiraud !
 
Il pense que bientôt lorsque viendra le froid
Bien des gens se plaindront implorant le soleil
Lui sourira devant cette vie qui s’en va
Et qu’il ne voudra pas voir se mettre en sommeil
 
Ou trop chaud ou trop froid rien n’est jamais parfait
Même là l’idéal devient inaccessible
L’argent seul pollueur jamais ne disparaît
Et la terre est fâchée d’être toujours sa cible !
 
Moi j’ai fait la vaisselle et j’ai tous mes plats nets
Tapi dans mon espace ou parfois une étoile
Me fait user les sens mais je dois être honnête
Cette pollution-là me redonne la moelle
 

  

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Le fakir a voulu me vendre un tapis
 
J’ai refusé c’était un tapis perçant…

Read Full Post »

« Newer Posts - Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :