Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for octobre 2009

Déjà publié
mais de plus en plus
d’actualité !!!
Me servant de mes mots comme méthode Coué
Je m’y suis accroché mirifique bouée
Le remède illusoire a cessé d’opérer
Comment pourrais-je y croire et toujours espérer ?
 
Leur pouvoir salutaire a dû perdre sa force
Or il n’y a plus rien dessous leur belle écorce
Si ce n’est qu’illusions et nouvelles chimères
Cette constatation m’en devient très amère
 
A bas masques menteurs au diable carnaval
Comment puis-je à ce leurre accorder mon aval ?
Vais-je écrire des vers qui viendront me ronger ?
J’espère avoir le temps encore d’y songer !
 
Egérie de te voir si belle en ton mouroir
Ne parvient même plus ce jour à m’émouvoir
Tu es tant irréelle et tant parfaite aussi
Que je suis devenu bien trop à ta merci
Médusé par la muse amusée de m’user
Je vais m’en séparer et la mettre au musée
Et ces moments momies qui me faisaient rêver
En les désembaumant je vais me relever
 
Mais je continuerai à noircir le papier
Je sèmerai aigri à la volée les pieds
Je m’en garderai deux pour qu’ils restent sur terre
Afin de soutenir mon âme solitaire

  

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Lorsqu’il y a panne des sens l’égérie cane

Read Full Post »

Sauvetage

 
Déjà publié
 Ô ce court intermède au milieu du naufrage
A ramené l’allant oublié d’un autre âge !
Au secours un tiers m’aide à voir le paysage
En ramant à l’aller m’invitant au voyage
 
Est-ce haut est-ce bas qu’est le moral ce soir ?
A l’aide de ses yeux je perce enfin le noir
Sa tendresse capée chapeaute mes espoirs
Et me voici sauvé car je peux enfin voir
 
La boue est rejetée je peux enfin nager
Ce n’est pas de bonne heure or je veux bien plonger
Car même si je coule il faudra émerger
Retrouver le soleil finir à l’ombre âgé
 
Tout ceci n’est que rêve il faut que je me pousse
Car je ressens souvent à mes arrêts secousses
Mais le songe insistant je vois la délivrance
Ce poème aurait dû au moins être à six stances !
  
La musique qui accompagnait ce texte
était "Take five" interprétée par The Dave Brubeck Quartet

Read Full Post »

Connerie du jour

 
On voudrait ne pas déclencher l’alarme
mais quand elle se met en route
il est trop tard…
Le chagrin est là

Read Full Post »

Tintin

 
 
 
 
 
 
Avant que d’avaler mon dernier bulletin
J’essaie de prendre en mains mon malheureux destin
Il faudrait que je bouge un peu mon popotin
Avant le fatidique et tout dernier scrutin
 
Vais-je redevenir pour autant cabotin
Ressortir du tiroir tout l’ancien baratin
Etre aimé au hasard comme un fieffé crétin
Et rester de l’amour passager clandestin ?
 
Non je me connais trop ! J’aime être libertin
Mais pourtant je n’ai plus tellement de rotins
Je n’ai pas engendré des enfants de butin
Alors je me demande où sont les picotins ?
 
Je vais donc éviter les fabuleux festins
Ils ne sont réservés qu’au gratin du gratin
Si ça me gratte un peu j’irais un beau matin
M’asseoir en bout de rang sur un vieux strapontin
 
Mais je n’aimerais plus, j’en perdrais mon latin,
Comme un mari honnête et bien pauvre pantin
Qui a comme maîtresse une belle catin
Et qui rentrant chez lui enfile les patins !
 
Je veux faire la fête avec un air mutin
Je veux des cotillons et plein de serpentins
De la joie dans les coeurs des rires argentins
Je veux de vos regards l’éclat adamantin
 
 Je vais donc retrouver mon allant enfantin
Courir et sautiller comme un heureux lutin
Et avec vous rester en des draps de satin
Sourd à l’ultime cri du réveille-matin
  
La chanson qui accompagnait ce texte
était « Fever »
interprétée par Peggy Lee

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Je suis seul et je me demande :
 
"Où sont passés mes amis ce matin ?"
 
Et l’écho répond : "Tintin tintin"

Read Full Post »

Faux velours

 
 
 
 
 
 
Lorsque j’ai vu ta main défaire
Ton gant de velours lentement
Je me suis dit : « Avant l’enfer
Va voir ailleurs allégrement »
 
J’ai osé un dernier regard
Cherchant la beauté de tes yeux
Mais je n’ai pu voir que le fard
Et le tien m’en devint odieux
 
Lorsque derrière ton sourire
J’ai pu deviner la grimace
Le singe en moi craignant le pire
S’est épargné le face à face
 
Car pour moi l’habit fait le moine
Et pour éviter la curée
En prenant une belle avoine
J’ai fui ailleurs pour respirer
 
J’en ai perdu toute espérance
De me fier aux apparences
Surtout que de toute évidence
Tu sus rendre tes appas rances
 
L’oeil inélégant de velours
Ne m’entraîne plus en enfer
J’en ai saisi les mauvais tours
Que j’ai laissé mes mains défaire
  
La chanson qui accompagnait ce texte
était « Angel eyes »
interpréte par Nat King Cole

Read Full Post »

Connerie du jour

 
A un terroriste d’Al Qaida je dirais :
 
"T’es con t’as miné !"

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Le Parti communiste veut qu’on laisse le cantal dans le buffet
 
Marie-Georges juge la publicité sexiste
 
(Un mariage à l’église et le gars qui répond non sous prétexte que sa future épouse
 
a oublié le dit fromage !!!)
 
J’aurais apprécié que les annonceurs accompagne cette pub par cette chanson :
 
"Cantal  lons-nous nous marier, nous marier, nous marier !!!

Read Full Post »

Connerie du jour

 
Si un jour tes jolis yeux pleurent de joie
 
m’en offriras-tu une larme ?

Read Full Post »

Older Posts »

%d blogueurs aiment cette page :